Aller au contenu

La musique électronique utilisait le traitement du signal analogique pour créer de nouveaux sons.

Ce traitement comprenait le filtrage, l’amplification et la modulation de fréquence des signaux audio. Les sons analogiques produits par cette technologie ont ensuite inspiré la création de nombreux genres musicaux populaires. Pour produire ces premières chansons électro, les artistes devaient connaître le traitement audio, qui consiste à transformer les ondes sonores en différents formats ou signaux. Cette connaissance était essentielle pour produire des chansons qui pouvaient émouvoir les gens avec leur contenu émotionnel. La musique électro ancienne était produite en manipulant des sons enregistrés avec des circuits électriques, tels que des oscillateurs et des amplificateurs, qui traduisaient les ondes sonores en différentes tonalités musicales. Des artistes comme Jean-Michel Jarre et Keith Haring ont préféré se produire en direct en utilisant un magnétophone multipiste pour leurs chansons. Certains premiers groupes électro ont également joué leur musique à l’aide de platines au lieu d’écouter leurs chansons au casque. De cette façon, ils pourraient interpréter la chanson plusieurs fois sur différentes platines et créer un effet superposé luxuriant sur leurs pistes. La technique de superposition a donné à chaque performance un caractère individuel qui a enrichi l’expérience d’écoute globale. Cela a également permis à l’artiste d’improviser avec ses idées musicales sur chaque piste jusqu’à créer une chanson complète. Certains des premiers artistes électro ont combiné des performances enregistrées et en direct pour créer de nouvelles chansons comme stratégie alternative pour produire de la musique. La qualité émotionnelle recherchée par les premiers artistes électro provenait du traitement des sons avec un sentiment de spontanéité et de liberté plutôt que de précision ou de régimentation.

Le mix electro

Ils utilisaient généralement des magnétophones plutôt que des processeurs de son numériques, car les circuits analogiques produisent des sons plus naturels lorsqu’ils sont modifiés par des processeurs de signaux tels que des amplificateurs et des filtres. Pour accentuer une certaine gamme de fréquences tout en conservant la clarté dans le bas du spectre, les premiers artistes électro préféraient les filtres passe-bas aux filtres passe-haut. En modifiant les gammes de fréquences qu’ils utilisaient dans leur traitement audio, les artistes pouvaient créer des effets émotionnels grâce à de subtiles variations dans les fréquences qu’ils choisissaient de mettre en valeur dans leurs chansons. Ils l’ont fait en manipulant les paramètres de gain des amplificateurs – tels que les boutons de volume – afin que certaines fréquences se démarquent plus que d’autres lorsqu’elles sont lues via des écouteurs ou des haut-parleurs à des volumes faibles ou élevés respectivement. Les premiers musiciens électroniques étaient des pionniers qui ont été les pionniers de nouvelles façons de créer de la musique en utilisant l’amplification, le filtrage et d’autres techniques de traitement du signal. Leur travail a influencé de nombreux genres modernes tels que la house, la techno, la drum n’ bass et la transe via son utilisation de substancesaux côtés d’équipements de haute technologie tels que des synthétiseurs et des platines. Pour cette raison, il est important d’étudier comment la musique électronique ancienne s’est développée à l’aide du traitement du signal analogique afin que les musiciens modernes puissent intégrer ces connaissances historiques dans leurs propres créations . 

https://xlrmixagemastering.com/

La musique electronique en studio

Les traitements audio dans l’histoire de la musique rap Le traitement audio est l’art ou la science de modifier ou de manipuler les sons. Dans l’histoire de la musique rap, le traitement audio a été utilisé pour rendre les chansons plus intéressantes et uniques. Les premiers artistes hip hop ont utilisé le traitement audio pour créer un nouveau genre de musique. Les chansons étaient souvent réenregistrées à l’aide de techniques telles que l’auto-tune pour obtenir un effet « bégayé ». De plus, les premiers artistes hip hop ont créé un nouveau genre de musique en échantillonnant d’autres musiques. Ces progrès dans le traitement audio sont encore en cours aujourd’hui, avec l’utilisation de logiciels informatiques et d’instruments matériels. Les premières chansons hip hop ont été produites à l’aide de boîtes à rythmes; ces machines jouaient des rythmes simples qui permettaient aux artistes hip hop d’enregistrer de nombreuses chansons sans répétition. Les premières chansons hip hop avaient également une portée limitée – elles ne comportaient généralement que quelques notes et se composaient principalement de rythmes de basse et de batterie. Cette gamme était nécessaire pour exploiter l’espace limité fourni par les disques vinyles. Les boîtes à rythmes primitives étaient également sujettes à des problèmes et jouaient des rythmes inexacts, ce qui a contribué à l’esthétique granuleuse du hip hop des débuts. La gamme limitée du hip hop précoce a également contribué à sa sombre vision de la vie. Cependant, cette perspective a changé au fil du temps à mesure que la technologie a progressé et que les méthodes de création musicale se sont modernisées. L’une des techniques musicales les plus courantes au début du hip hop était le «sampling» ou «cutting» de matériel musical préexistant. L’échantillonnage consiste à prendre un court morceau d’une autre chanson ou d’un fichier audio et à le lire sur une autre piste ou un autre instrument afin de créer une chanson ou un instrument en boucle à un tempo (vitesse) spécifique. La source de l’échantillon peut être une chanson existante, un enregistrement instrumental ou même un jingle publicitaire – tout ce qui constitue du matériel préexistant pouvant être échantillonné et manipulé dans un format de chanson peut être utilisé à des fins d’échantillonnage. Les premiers artistes hip hop utilisaient des techniques d’échantillonnage telles que la découpe de disques vinyle sur leurs platines à des vitesses spécifiques afin de pouvoir lire la section souhaitée à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’ils aient créé un instrument en boucle au tempo souhaité pour leur composition de chanson – c’est ainsi qu’ils ont atteint le  » bégaiement » dans leurs premiers enregistrements utilisant des claviers échantillonneurs primitifs tels que le BMS 2000XL et le SPX3000XL (1). Au fur et à mesure que la technologie s’améliorait et que les échantillons pouvaient être stockés sur des ordinateurs plutôt que sur des disques, les premiers artistes hip hop ont commencé à enregistrer leurs chansons plusieurs fois avec différents effets appliqués à chaque piste d’instrument – cela leur a permis de produire des pistes plus complexes avec moins d’instruments que les générations précédentes. .

Les traitements audios

Cette expérimentation avec un logiciel d’édition sonore a permis aux premiers artistes de rap d’accéder à de nouvelles possibilités sonores qui leur étaient auparavant inaccessibles en raison des limitations à la fois du matériel source de l’échantillon et de la capacité de musicalité à l’époque où la plupart des chansons de rap se composaient principalement de rythmes de basse et de batterie (2). Aujourd’hui, de nombreux genres modernes utilisent beaucoup d’échantillons, car ce type d’échantillonnage est plus facile que jamais, en partie grâce aux instruments logiciels qui peuvent convertir des échantillons en notes de musique pour les lire sur des claviers de synthétiseur ou via des pédales d’échantillonnage connectées directement à une station de travail audio numérique (DAW). via des câbles MIDI – toutes sortes d’échantillons sont désormais facilement accessibles via des services de téléchargement numérique tels qu’iTunes (3). Tout au long de l’histoire, les premiers rappeurs ont expérimenté des logiciels d’édition sonore comme Cool Edit Pro™ afin de créer des raps plus intéressants que ceux possibles en utilisant les méthodes d’échantillonnage traditionnelles. Les rappeurs d’aujourd’hui font exactement cela en utilisant un logiciel d’échantillonnage sophistiqué trouvé sur des ordinateurs haut de gamme. trouve dans les studios modernes équipés de tables de mixage haut de gamme et d’autres matériels de studio couramment utilisés par les musiciens professionnels du monde entier. Alors que les rappeurs de la vieille école peuvent encore préférer des méthodes plus simples comme celles décrites ci-dessus, de nouveaux rappeurs innovants ont adopté la technologie sans réserve – créant de nouveaux rythmes à l’aide de plugins conçus spécialement pour leurs propres besoins d’édition sonore personnels !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.